Règlementation : Isolation des combles

Règlementation

L'utilité de l'isolation

Les variations de température ressenties dans le foyer lors des changements de climat constituent un réel désagrément. Tous les moyens sont bons pour y remédier. Nombre de personnes utilisent, par exemple, des climatiseurs qui ne sont autres que des pertes énormes d'énergie. C’est pourquoi une autre solution est maintenant en vogue et est utilisée de façon exponentielle. Il suffit de renforcer les rendements des combles en superposant plusieurs couches de protection et de respecter les normes de factorisation. De plus, cette opération n’en est que plus avantageuse grâce au crédit d’impôt que l’on peut gagner.

 

Les règlementations proprement dites

L’isolation thermique est régie par des règlementations thermiques. Pour les nouveaux emplacements, elle est régie par la RT2005 mais on peut dire que celle-ci est déjà dépassée par le temps, car ses seuils d’exigence sont très bas tant sur le plan écologique que sur le plan thermique. Une autre réglementation est alors en train d'éclore : la RT 2012 qui entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2013. Les combles déjà en place, quant à eux, sont régis par l’arrêté au 03 Mai 2007, applicable depuis 2007, et qui stipule  que ces derniers doivent respecter au moins un R=4m² K/W dans l'ensemble, et un R=5m² K/W pour un but fiscal. Il faut aussi que les opérations soient effectuées par une entreprise. Pour les futures constructions, c'est-à-dire celles à compter du 1er Janvier 2013, elles seront régies par la RT 2012 qui exige au minimum un R=7m² K/W ce qui confèrera aux maisons une véritable performance énergétique.

 

Prescription pour isoler des combles

Il faut préciser que les moyens qui permettent de satisfaire ces hautes exigences sont particuliers. Ceux réalisés avec des laines minérales sont présentés dans le cahier de prescriptions techniques CPT N°3560 : protection avec une laine minérale solide et ferme entre les chevrons et résistance thermique supérieure ou égale à 1,65 m²/KW), couverture avec une laine plus ou moins flexible sous les chevrons. Elle va générer la résistance thermique principale et enfin, placement d’une couche imperméable à l’air, en faisant attention aux points singuliers. Concluons qu’agissant seul, un matériel fin générant une résistance entre 0,8 à 2 m²/KW ne pourra pas être efficace.

 

Les sanctions

Pour être crédible, l'isolant est soumis à plusieurs tests et est certifié par des organismes officiels. Le rapport de classement du CSTP prouve la résistance du comble au feu. Le rapport d’essai CSTB prouve sa solidité face au vent, un gage de qualité après un examen technique fait sur la laine de roche. L’attention est particulièrement tournée vers la certification de l’ACERMI ou Association de Certification des Matériaux Isolants qui teste sur place l’efficacité de l’isolation de la maison. Cette certification permet d’obtenir un crédit d’impôt de 22 %. L'EUCB ou European Certification Board for Mineral Wool Product prouve, quant à lui, l’inoffensivité du matériel sur la santé. Le sigle CE atteste que les matériaux respectent les normes imposées par la Communauté Européenne sur la qualité des produits de construction. Et enfin, il y a aussi le certificat Keymark, délivré par l’ACERMI attestant que le produit respecte les normes européennes du CENELEC et du CEN. 

 

 

Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à nous faire une demande par devis !